vendredi 24 octobre 2014

French 79 - Angel EP


La découverte du marseillais French 79 me vient d'un autre local, le très recommandable Anticlimax. Après un petit peu de recherche il s'est avéré qu'on avait affaire à ni plus ni moins que Simon Enner, guitariste chez Nasser et machiniste chez Husbands.

Si on pense instinctivement à Kölsch, ce qui frappe sur cet EP c'est la sensation très agréable que l'on ressent en l'écoutant. Comme une béatitude niaise, la certitude d'entendre quelque chose d'incroyablement addictif et euphorisant. C'est en même temps un sacré pied de nez à la vague (que dis-je, le tsunami) deep-house/minimal, transportant son lot de tampons usagés et de sac plastiques en décomposition lente. Car avec trois fois rien, et trois fois moins d'artifice que ceux précités, French 79 arrive à nous transporter sur ses jolies nappes d'orgue, faisant de nous une vulgaire Jasmine sans défense, qui se met à chanter avec son ravisseur en tapis volant.



En plus de Kölsch, on pense évidemment à Kid Francescoli et Husbands, phocéens très appréciés chez la Besace. La pop en commun tout d'abord, cette simplicité qui parait si évidente quand elle parvient à nos oreilles, puis ce mélange entre bonne humeur et légère mélancolie. Caress par exemple fait très largement penser à Let You Down (Don't) du supertrio. Angel ferait bien office de single, très immédiat tout en se laissant lentement désirer, avec sa rythmique dansante et la multitude de motifs sonores imbriqués. Mais ne nous méprenons pas, malgré la toute relative luxuriance de sons sur les différents titres, on est loin d'une grosse masse de productions et de surcouches gerbantes de textures. Pas de viol de l'oreille au gourdin ici donc, plutôt un délicat préliminaire tout en dextérité et finesse.

On touche carrément à la grâce sur Between the Button, même si une fois encore on ne peut s'empêcher de penser au fait que c'est bel et bien Simon de Husbands qui est aux manettes. Même combat pour Naked City qui refait penser à Kölsch, ou encore à Nto et Worakls notamment, la progression étant comme d'habitude très bien pensée. La part belle aux mélodies, des influences notables et un son florissant mais pas trop pesant : voilà en quelques mots comment décrire l'excellent premier EP de French 79.



mercredi 1 octobre 2014

Oldies : Mazhar ve Fuat - Adımız Miskindir Bizim (1974)


On ressort de l'hospice la section Oldies, avec un titre turc venu tout droit des années 70, entre musique traditionnelle et folk. Ce morceau semble être la BO parfaite pour un roadtrip à l'ancienne et ça tombe bien : Action Bronson l'a récemment samplé pour Easy Rider, qui porte bien son nom.

samedi 27 septembre 2014

Marsatac 2014 : Les cinq artistes à ne pas rater (Samedi)


Marsatac à la Friche, acte II. Ce samedi soir s'annonce plus électronique, et notamment electronica/techno. Pour ma part c'est moins la panacée que la veille, mais il y a de quoi s'en mettre sous la dent. Je serais tenté de vous conseiller Bombay Show Pig, seul groupe "rock" valable de l'édition, mais trop juste pour être immanquable. Zoom donc sur le samedi et les cinq artistes à ne pas rater !

Kid Francescoli / 21h45 - 22h30 / Cabaret Aléatoire

Le Kid Francescoli fait déjà partie du paysage musical marseillais depuis plusieurs paires d'années, avec ses potos Oh Tiger Mountain et Nasser notamment - ses comparses de Husbands. Ses douces ritournelles electropop portées par des nappes de claviers, vous feront commencer le voyage avec tendresse, entre folk et electronica.

Trentemøller / 22h30 - 23h30 / Cartonnerie

Avec sa réputation déjà extrêmement flatteuse en solo, Trentemoller tente l'expérience du groupe live avec l'ajout d'une batterie, d'une basse, de deux guitares et d'un clavier tripoté par le chef en personne. Peut-être pour rendre son electronica plus intense et organique qu'elle ne l'est déjà ?

Superdiscount 3 Live  / 00h00 - 01h00 / Cartonnerie

On ne présente pas Étienne de Crécy - french touch, Versailles, 90s, qui vient secouer la soirée avec le troisième acte de son projet Superdiscount, accompagné d'Alex Gopher et Julien Delfaud. L'electro bien de chez nous teintée de rock du trio permettra à ceux qui ont les jambes qui démangent de claquer des pas de danse sur la Cartonnerie.

Fakear / 00h30 - 01h30 / Cabaret Aléatoire

Issu de la nouvelle vague électronique à la française, Fakear apporte sa pierre à l'édifice comptant déjà notamment Superpoze, Rone et Stwo. L'univers du jeunot vacille entre l'electronica vaporeuse, la minimale et les samples au groove mystique. Toujours pas de grosses claques dans cette soirée, mais un décollage sur tapis volant s'il vous plait.

The Gaslamp Killer / 02h00 - 03h00 / Cabaret Aléatoire

Pour conclure cette soirée particulière, le foufou The Gaslamp Killer semble tout indiqué. Son crédo ? Des sons glitch-hop complètement azimutés, parfois bien trop obscurs et déconstruits pour être appréciés, mais souvent au panache psychédélique déconcertant. La prestance scénique de l'amerloque devrait convaincre les plus craintifs d'y faire un tour. En tout cas j'en fais la curiosité immanquable de cette soirée de clôture.

➽ On pense aussi à Anticlimax, DJ émérite et bien connu des soirées marseillaises, qui ne déçoit jamais et se réinvente à chaque set. De 23h00 à 1h00, sur "Les Planches", le toit de l'ancien studio de radio Grenouille.

mercredi 24 septembre 2014

Marsatac 2014 : Les cinq artistes à ne pas rater (Vendredi)


Marsatac redonne sa chance cette année à la Friche, après une édition 2011 convaincante mais gâchée par une fréquentation bien supérieure aux capacités du lieu. Nous verrons ce qu'il en sera cette année, avec l'excellent plus apporté par le Toit de la Friche et une programmation un peu moins clinquante. Zoom sur le vendredi et les cinq artistes à ne pas rater !

Hugo Kant / 20h15 - 21h00 / Cabaret Aléatoire

Alchimiste classieux, expérimenté mais hélas assez confidentiel, le français Hugo Kant démontre à lui seul que talent et l'hyperactivité ne suffisent pas toujours à faire sa place. Ses compositions instrumentales entre BO de film, jazz et hip-hop riche serviront d'excellente entrée en matière pour cette soirée.

Quantic / 21h20 - 22h50 / Cabaret Aléatoire

Toujours au Cabaret, juste derrière Hugo Kant, on retrouvera Quantic, le maître absolu du mix entre musiques latines, jazz (encore) et électronique. Dans un style au moins aussi raffiné et luxuriant que son prédécesseur, il apporte l'immense richesse de ses influences à chacun de ses différents projets. Tout simplement inratable !

Busdriver / 23h10 - 00h10 / Cabaret Aléatoire

Décidément il ne faudra pas quitter le Cabaret en cette première partie de soirée, puisque c'est le fastest rapper alive (ou pas loin) Busdriver qui viendra secouer la foule avec son flow inimitable. Sans oublier sa passion pour l'alambiqué, les recoins sombres et inexplorés du hip-hop au sens large du terme. En somme : un chauffeur fou, qui prend toutes les petites ruelles et sentiers supposés inexploitables à contresens, pied au plancher.

Onra / 00h50 - 01h50 / Red Bull Stage

Les Chinoiseries d'Onra sont des compilations de titres frôlant au max les deux minutes, pour un condensé de justesse mélodique et de gimmicks aguicheurs. Que celui qui n'a jamais ne serait-ce que tapé du pied sur The Anthem me jette la première pierre. Je ne saurais donc que vous conseiller d'aller tâter des beats (dé)bridés du frenchie signé chez Fool's Gold (label d'A-Trak).

Figure / 02h25 - 03h25 / Cartonnerie

J'aurais tout autant pu vous conseiller d'aller voir Gramatik, mais son goût récent pour le dubstep pouet pouet et sa prestation mitigée à Dour l'année dernière me fait plutôt vous rabattre sur Figure. De dubstep il en est justement question, mais celui-là est bien plus extrême. Pour ceux du fond qui ne suivent pas, la Besace a loué ses sévices par le passé, notamment dans la Violence du Jour. Donc en somme pour finir la soirée en beauté, voici le topo : du bon gros wobble gras à en crever, des basses dégoulinantes et des putain de kicks dans ta gueule.