jeudi 5 mars 2015

The Beatles vs Hip-Hop Legends: An Adventure To Pepperland Through Rhyme & Space


Tom Caruana, à qui l'on doit l'indispensable Wu-Tang vs The Beatles: Enter the Magical Mystery Chambers (#2 de mon Top&Flop 2010), remet les couverts en platine pour nous servir une deuxième louche de Beatles assaisonnés au rap - et vice-versa. Fini le monopole du Wu, place à tous ceux qui ont fait du hip hop un genre majeur : The Notorious B.I.G., Nas, Busta Rhymes, MOP, Afrika Bambaataa, Talib Kweli, Tupac...et le Wu-Tang Clan, bien évidemment.

The Beatles et des légendes du hip-hop sont dans un avion...


On doit ces différents mashup inédits cette-fois à un point oublié de l'Histoire : les Beatles ont rééllement rencontrés les différents MC... Tout commence en 1964, quand les quatre gars dans le vent font leur premier voyage aux States. Le 7 janvier, alors que l'avion se dirige vers New York, John Lennon demande au pilote de se diriger vers le triangle des Bermudes. Après les nombreuses turbulations (et sûrement quelques cartons ingérés par nos facétieux british), les Beatles refont route vers la Grosse Pomme, sans se douter qu'ils atterriront au JFK Airport...en 1994.



En tout cas c'est la version de Tom Caruana fournie avec le double album, offert gracieusement dans le lien en bas de page. La réalité c'est que ce bon vieux Tom n'a rien perdu de sa dextérité et de sa capacité à mêler les kings de leur musique respective. A partir de chansons des Beatles qu'il malmène en y assénant le beat qui passe tout seul, il colle un bon vieux acapella qui n'a plus rien à prouver.

Sampling et beatmaking au sommet


Dans ces 48 titres à la qualité indéniable, on trouve beaucoup de morceaux courts, des interludes notamment, mais aussi beaucoup d'excellents titres. Des samples évidents parés de beats du plus bel effet, comme sur Beneath the Sky of Diamonds ou Bang Bang démoli par MOP, mais aussi les instrumentaux laissés à leur état naturel pour en tirer toute leur essence comme la candide Hello Goodbye ou l'hymne hippie Tomorrow Never Knows.

Il y a aussi une bonne grosse dose de tubes imparables, du Hello Hello cité juste avant à Heltah Skeltah, qui tire tout le jus de slibard rempli de testostérone de Helter Skelter, accompagné par...Heltah Skeltah. Et comment ne pas citer le coït jouissif des Beastie Boys et du riff dévastateur de Hey Bulldog sur Hey ? On prend du début à la fin un malin plaisir à retrouver les titres de la discographie blindée des Beatles, à déceler les enregistrements de voix ou des reprises méconnues, et à reconnaître les délicieux couplets servis par ces maîtres de la rime. Sans occulter le travail d'orfèvre du briton passionné d'interracial, bien sûr.




Inutile d'en dire plus, prenez le vol direct pour ce New York uchronique qui mêle deux genres musicaux et quelques-uns de leurs meilleurs faire-valoir. Le commandant de bord Tom Caruana ne vous décevra jamais.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire